Témoignage

Auteur  
# 2012-07-29 à 12:54 Alison
Bonjour, je m'appelle Alison, je suis actuellement agée de 19 ans.

Je vais vous témoigner mon histoire, qui a bouleversée ma jeunesse ...

A l'âge de 15 ans, lors d'une visite médicale chez le médecin traitant, celui-ci nous a proposé le vaccin "Gardasil" (pour la prévention du cancer du col de l'utérus), remboursé a 100%, ce vaccin necessite 3 injections.

Ma maman, présente ce jour là, à demandé au medecin s'il n'y avait pas de soucis avec ce vaccin, il nous a répondu n'avoir eu aucun retour négatif.

Au vu de nombreuses publicités à la télévision, mes parents ont prit la décision de me vacciner le 02 janvier 2008.

Le 23 janvier 2008, j'ai été admise aux urgences de Roubaix, pour des douleurs abdominales persistantes. Nous n'en avons pas su plus, mis à part des ganglions au ventre ...

J'ai fais les 2 autres injections, le 28 mars 2008 puis le 09 juillet 2008. Toujours avec des maux de ventre, des maux de tête, une fatigue constante.

Le 22 septembre 2009, je me sentais faible, fatiguée, j'étais scolarisée, en BEP carrières sanitaires et sociales (que j'ai obtenu), pendant un cours je suis tombée de ma chaise, je suis restée inconsciente quelques minutes. J'ai été enmener aux urgences de St Philibert, ils ont d'abord pensé à une embolie pulmonaire, mais hospitalisée une petite semaine en cardiologie, le bilan de celui-ci, des tacchycardies avec manque d'énergie. Grande surprise pour moi et mes parents, c'était la première fois. De ce fait, âgée de 16 ans, on m'a apprit qu'il me faudrait un traitement a vie, pour éviter d'autres malaises et tacchycardie.

Le 28 septembre 2009, j'ai de nouveau été admise aux urgences de St Philibert pour 2 malaises avec perte de connaissance, on m'a alors augmenté ma dose de traitement, 2 comprimés par jour.

J'ai effectué des examens en cardiologie, tel que test d'inclinaison, echo coeur, Tilt test, épreuve d'effort, holter ECG ...) Ceuc-ci démontré bien les tacchycardie présentes.

A l'âge de 17 ans, en novembre, je me sentais mal, j'ai vomis, des que je buvais, des que je mangeais, j'avais d'horrible douleurs à l'estomac, j'ai consulté. Le médecin traitant m'a dit que je faisais une gastrite, afin que cela soit plus approfondi, il m'a tourné vers un spécialiste Gastro, celui-ci m'a réalisé une fibroscopie, il a vu 3 ulcères suite à une bactérie. J'ai eu un lourd traitement, difficile il m'affaiblissait beaucoup, je m'aigrissais a vu d'oeil. Cela à durer près de 2 mois.

Etrangement, j'ai toujours dit à mes parents que je ne fêterais pas mes 18 ans, le 14 mai 2011, 14 jours pile avant mes 18 ans, ce jour je dormais jusqu'a midi passé (chose qui m'arrive quasiment jamais !) mes parents ont trouvé que ce n'était pas normal, j'étais encore fatiguée, je suis sortie faire un tour avec ma maman, peut-être que prendre l'air aurait fait du bien, je sentais quelque chose arrivé je me suis assise à terre dans la rue, j'ai fais une perte de connaissance de 30 minutes suivi d'une crise de spasmophilie, surprenant , première fois que cela arrivé ... Ma respiration chuté ainsi que mon rythme cardiaque. Admise aux urgences de Roubaix, tous les examens étaient bons.

J'ai tout de même fêter mes 18 ans.

Sachez que j'étais encore scolarisée en Baccalauréat Professionnel Secrétariat.

Mes 18 ans ont été horrible, j'ai eu mes problèmes d'estomac encore, une manométrie qui s'est très mal passé, un sérieux accident de voiture, des malaises à répétitions, une fatigue toujours présente ...

En décembre 2011, j'ai de nouveau fais un malaise, ma respiration chutée, mon rythme cardiaque aussi, mon oxygène également, admise aux urgences de St Philibert, après des examens tels que radio des poumons, examens du coeur, ce fut toujours le même bilan, tacchycardie.

La fin d'année 2011 été difficile avec tous les événements durant ce mois.

Nous arrivons en janvier 2012, on se dit bonne année et surtout une bonne santé ... Nouvelle année, nouveau départ, nouvelle santé !

Et bien non ... Tout s'est, malheureusement empiré.

Toujours scolarisée en terminale baccalauréat secrétariat, lors du cours de comptabilité sur info du mardi, j'étais épuisée je savais que quelque chose n'allait pas. J'ai avertie ma camarade de classe assise à mes côtés, j'ai appelé la prof, mais il était trop tard, j'ai fais un malaise je suis tombée de la chaise et suis restée inconsciente plus de 10 minutes. Avec toujours les mêmes descriptions. Mais là, j'avais les lèvres bleu, j'étais froide.

J'étais donc en repos, il fallait que je me repose, tous ces événements m'avaient épuisée.

Mais, du dimanche toujours en janvier pendant la même semaine, Je suis sortie a 18 heures, de retour a 18h30. Je me suis recouchée, allongée dans le canapé j'ai appelé mes parents je me sentais partir je voyais trouble j'étais de plus en plus faible, pour moi, tout allait se terminer ce dimanche dans mon salon ... Mes parents sont arrivés j'ai de nouveau fais un malaise avec perte de connaissances (chose pas normal, allongée sans efforts ...) Mais ... En me reveillant de ce gros malaise, ma maman m'avait cuisiné des crêpes au chocolat (j'adore ! Elle voulait me remonter avec cela) je ne sentais pas le goût, ça m'a parut étrange. Je me suis assise, j'ai dis a mon papa que je voulais aller dans ma chambre que ca allait mieux, je devais dormir. En me levant, on s'est appercu que je ne savais plus marcher, nous n'avons pas compris, j'ai paniqué. J'ai supplié mon papa de me dire ce qu'il se passait, mais il ne savait pas m'en dire plus, a part constaté ma mobilité plus présente.

Ce fut une nuit horrible, j'ai mis sur le dos de la fatigue, de la faiblesse mais non, du lendemain c'était toujours la même chose, admise aux urgences de l'hôpital de Lille ma jambe étaient bloqué, les médecins n'ont pas su la pliée elle était froide je ne sentais plus rien ... J'étais PARALYSEE de la jambe droite ! Je pleurais toute les larmes de mon corps, j'étais morte d'inquiètude, à 18 ans, on veut marcher ! Sortir, profiter de la vie ! Ils ont donc voulu m'hospitalisée en psychiatrie 1 semaine, ma maman et moi même avons refusé ! Je voulais rentrée chez moi, j'étais mieux à la maison avec le soutien de mes proches !

Nous avons nous même prit Rendez-vous chez le médecin traitant, il nous a envoyé chez un neurologue à l'hopital de Lille, très gentil très compréhensif et a l'écoute. Il nous a dit avoir eu des cas de jeune fille, qui ont eu les mêmes soucis que moi, il nous a alors parlé d'une intoxication au vaccin Gardasil, m'a réalisé différents examens notamment une IRM du cerveau, le bilan était positif, pas de tumeurs au cerveau ! Il m'a également prescrit 1 mois de reeducation. Je me déplacais en béquilles, mais c'était très fatiguant j'étais déjà affaiblie ...

Ces jours étaient très dur, c'était des journées de pleurs, nous étions envahit par la peur, l'angoisse. Allais-je retrouver la mobilité de ma jambe ?? Je ne savais plus marcher, je ne tenais plus debout, ni assise, allongée je faisais des malaises. J'avais un mauvais teint et la fatigue prenait de plus en plus le dessus.

J'ai revus le neurologue à l'hôpital de Lille, 3 mois après, il a vu une nette amélioration grâce à la réeducation et à la volonté que je portais. Il m'a prescrit encore 6 mois de reeducation (soit jusqu'en 2013). Ainsi que d'autres examens une IRM de la moelle épinière ainsi que des potentiels évoqués. Nous aurons les résultats ce 29 aout prochain. Lors d'un bilan avec le neurologue.

A ce jour, tout est encore très dur, même pour ma famille, pour ceux qui m'entoure, tout est difficile, les examens. A mon âge actuellement 19 ans je n'ai pas pu profiter durant ces 4 ans. Je ne peux plus sortir en ville ou aux magasins, je me sens très vite fatiguée. Mes parents sont dans l'angoisse constante qu'il m'arrive de nouveau quelque chose. Je n'ai pas pu retourner en cours depuis janvier, j'ai donc travaillé à la maison, en juin j'ai obtenu mon baccalauréat avec mention assez bien, je suis plus que très fière, ma famille, mes proches, les médecins également.

Mais quand on est une battante on l'est pour tout ! J'ai baissé les bras en février, je voulais tout arrêter, tout abandonné. Aujourd'hui je continue de me battre. Il m'arrive de ne pas avoir le moral, de pleurer encore des journées, des soirées, des nuits.

La peur que ce cauchemar continue ... Je continuerais de me battre, j'en sortirais plus forte.

La vie n'est pas un long fleuve tranquille ... J'ai 19 ans, je voudrais vivre comme beaucoup, m'amuser et profiter ... On a qu'une jeunesse dans la vie ... La mienne rime a un cauchemar.
# 2012-08-09 à 20:01 Mélanie
Chère Alison,

Quel témoignage ...
C'est vrai, tu es une vraie battante, et nous te soutenons toutes très fort.
Saches que nous avons un groupe facebook, ajoutes nous si tu le souhaites, on se réconforte entre nous comme on peut ;)

J'ai mis mon adresse mail si jamais tu souhaiterais me contacter. Nous sommes là en cas de besoin.

Merci de nous avoir fait partager ton témoignage, même si c'est dur de synthétiser tant de souffrance ..

Courage, vous êtes toutes de vraies lionnes !
# 2012-08-09 à 21:33 Alison
Mélanie,

Merci pour ta réponse, ton soutien me va droit au coeur ... Je ne trouve pas ton adresse mail; j'aimerais beaucoup te contacter ...

Quel est le groupe facebook ? J'ai moi même créer ma page facebook afin de nous aider a avancer avec d'autres témoignages.

Merci Mélanie !
# 2012-08-14 à 12:18 Mélanie
Coucou
Mon mail melanie.bastion@gmail.com

A tres vite
Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site